Accueil > Repères > Lexique
 
 
A B C D E F G H I J K L M
N O P K R S T U V W X Y Z
     
   
     

Acrotère

du grec akros: élevé, extrême. Ce mot désigne d'abord des socles au sommet ou au extrémités des frontons pour recevoir une statue, un vase, un trépied, un ornement. Mais le mot peut aussi désigner l'objet lui-même sur son socle : la statue, le vase… Les acrotères ne sont le plus souvent que de simples motifs décoratifs en terre cuite peinte, palmettes ou animaux : sphinx, griffons comme à Egine. Dans certains grands temples, comme à Delphes, les acrotères peuvent être de véritables statues sculptées par de grands artistes.

 

Agora

la place publique. A l'origine, c'est la place où se réunit l'assemblée des citoyens. A l'époque classique, c'est le plus souvent un lieu de marché autour duquel s'installent des boutiques, abritées sous un portique (stoa) le plus souvent.

 

Amazonomachie

Les Amazones étaient une peuplade de femmes guerrières établie sur les bords de la mer Noire : elles tuaient leurs enfants mâles et brûlaient le sein droit de leurs filles pour que celles-ci tirent mieux à l'arc. Elles furent vaincues (machos = combat en grec) par Héraklès, qui s'empara de la ceinture d'or que portait Hippolyte, leur reine.

Haut de page

Autel

table où l'on dépose les offrandes ou sur laquelle on procède aux sacrifices d'animaux pour le dieu auquel il est dédié.

 

Caryatide

statue féminine utilisée en lieu et place d'une colonne pour soutenir l'entablement d'un temple.

 

Cella

ou naos, pièce où réside le dieu, c'est-à-dire sa statue, dans un temple.

 

Centauromachie

Lors des noces entre Hippodamie et Pirithoos, prince des Lapithes et ami de Thésée, éclata une rixe avec les Centaures - monstres fabuleux, moitié hommes moitié chevaux, habitant les montagnes de Thessalie - qui avaient été invités au festin. La rixe se transforma en véritable combat (machos en grec) opposant les Lapithes et les Centaures, qui furent exterminés.

 

Cité

polis en grec, ce qui donnera le mot "politique". Communauté d'hommes libres formant un Etat indépendant avec ses propres lois et ses propres institutions. Les habitants de la cité sont les citoyens.

 

Concours panhellénique

forme religieuse typiquement grecque, des concours (jeux) sont célébrés dans tous les sanctuaires locaux. Mais il existe quatre centres privilégiés pour leur caractère panhellénique, c'est-à-dire fédérateur de tous les Grecs : Delphes, l'Isthme, Némée et surtout Olympie.

Haut de page

Culte chthonien

de chthon : la terre. Les dieux chthoniens sont les dieux d'en bas, des Enfers, par oppositions aux divinités ouraniennes, d'en haut, qui siègent sur l'Olympe.

Epigraphie

de épi : ailleurs et graphein : écrire. Etude des inscriptions gravées sur des supports durables (pierre, métal, bois, terre cuite…).

 

Ex-voto

offrande faite à un dieu en remerciement : statue, statuette, vaisselle, stèle…

 

Himation

manteau.

 

Kalathos

le nid flottant de la grue sacrée, portée sur la tête comme un diadème royal par la déesse Héra.

 

Kouros (oi)

en grec, jeune homme. Désignation moderne des statues archaïques d'adolescents nus. L'équivalent féminin est la korè, statue de jeune fille en costume dorien ou ionien.

 

Les Moires

divinités personnifiant le Destin. Les trois sœurs Clotho, Lachésis et Atropos président à la naissance, à la vie et à la mort des humains.

Haut de page

Olympiade

espace de quatre ans entre deux célébrations successives des Jeux Olympiques.

 

Opisthodome

vestibule arrière d'un temple, symétrique du pronaos, mais sans communication avec la cella; ouverte du côté ouest ou fermée par une grille de bronze et servant de trésor.

 

Oracle

la réponse d'un dieu à une question posée par un homme.

 

Panhellénique

de pan : tout et hellèn : grec. Un sanctuaire panhellénique est un sanctuaire qui concerne tous les Grecs.

 

Péribole

mur de clôture d'un téménos.

 

Péristyle

galerie à colonnes autour d'un édifice (dans le cas d'un temple, on parle de périptère) ou d'une cour.

 

Pôros

tuf.

 

Pronaos

vestibule. La pièce située avant la cella dans un temple.

 

Prostyle

se dit d'un temple n'ayant de colonnade qu'en façade.

 

Sanctuaire

Un sanctuaire est un lieu sacré, avec un espace public bien délimité par un péribole, le téménos. A l'intérieur de l'enceinte sacrée, on trouve un ensemble de constructions mêmées : des autels, des temples, des portiques (pour accueillir les pélerins), des statues, des trépieds, des ex-voto, des trésors... autant d'offrandes pour les dieux. Au sanctuaire sont souvent annexés un théâtre, un stade, des hôtels pour les pélerins, des habitations pour les prêtres... Le sanctuaire est parcouru par la voie sacrée, jalonnée d'offrandes diverses, qui sert aussi aux processions qui conduisent aux autels sur lesquels ont lieu des sacrifices d'animaux. Chaque sanctuaire appartient à un grand dieu : Apollon à Delphes, Zeus à Olympie, Asklépios à Epidaure, Déméter et Koré à Eleusis...

Haut de page

Sphinx

monstre mythique à corps de lion et à tête humaine. En Grèce, il est surtout rattaché à la légende d'Œdipe.

 

Statue chryséléphantine

du grec khrusos : or et éléphas : ivoire. Statue faite en or et en ivoire, ou le plus souvent, plaquée d'or et d'ivoire.

 

Stèle hermaïque

statue-buste, dont les épaules, la poitrine et le dos sont coupés par des plans verticaux.

 

Téménos

enceinte sacrée d'un sanctuaire, délimitée par le péribole.

 

Trésor

petit bâtiment en forme de temple, construit par une cité dans un sanctuaire pour abriter les offrandes les plus précieuses qui ne pourraient rester à l'air libre. Ils se composent d'une pièce unique, quadrangulaire, précédée d'un porche soutenu par deux colonnes.

 

Tumulus

grand amas artificiel de pierres et/ou de terre élevé au-dessus d'une sépulture.

Haut de page

Tyran

celui qui s'empare du pouvoir et le conserve par la force. Il se distingue du roi, détenteur d'une autorité légitime parce qu'héréditaire, et du législateur, qui s'impose avec le consentement de la majorité des citoyens.